Notre approche

Écouter des voix qu’on entend peu habituellement nous semble essentiel. Ce pourrait être le point de point de départ de chacun de nos ateliers. Mais la voix singulière des uns a besoin du regard des autres pour émerger : c’est autour de cette idée simple que nous concevons notre accompagnement.

Nos ateliers sont encadrés par des professionnels ayant une forte expérience dans la fiction, le documentaire et l’éducation à l’image et se déroulent généralement en trois temps :

L’écriture du scénario

Ce premier temps collectif permet au groupe d’apprendre à travailler ensemble. Nous imaginons le scénario en nous inspirant du travail de quelques cinéaste dont nous analysons des extraits de films. De petits exercices nous aident aussi à imaginer le film que nous tournerons, tout en découvrant le maniement de la caméra, des micros et en apprenant à installer un dispositif de tournage.

Le tournage

Le tournage se concentre la plupart du temps sur une semaine, ce qui permet de maintenir une dynamique intéressante et de travailler en petits groupes afin que chacun puisse être réellement investi dans le tournage. Chaque groupe travaille de façon autonome autour d’une séquence, d’un personnage ou d’un lieu et régulièrement, l’ensemble du groupe se retrouve chaque soir pour analyser les séquences tournées et pour maintenir l’homogénéité du travail.

Le montage

Chaque groupe élabore le montage de la séquence sur laquelle il a travaillé et l’ensemble du groupe participe au montage final. L’atelier se clôt généralement par une projection du film et par une rencontre conviviale avec les différents participants à l’atelier et un public, le plus large possible.

Ateliers au lycée

L’association proposent deux ateliers de réalisation destinés aux lycéens, qu’ils soient en option cinéma, en filière générale ou professionnelle.

Ces ateliers sont conçus comme des parcours d’initiation et d’approfondissement à l’écriture et à la mise en scène cinématographique et s’organisent autour de la réalisation d’un film collectif.

L’atelier d’initiation permet aux élèves de découvrir les différentes étapes et les différents postes de travail qui concourent à la réalisation d’un film. Cette initiation à l’écriture cinématographique place la pratique instrumentale au premier plan.

Centré autour de la réalisation d’un film collectif, le parcours d’approfondissement permet aux élèves de s’approprier les outils du cinéma, de proposer une écriture singulière, d’assumer et de défendre leurs choix de récit et de mise en scène.

Pensé en complément et en relation étroite avec l’enseignement cinématographique que les élèves reçoivent tout au long de l’année, ces ateliers permettent aux élèves d’appréhender le cinéma par la pratique et d’aiguiser leur regard critique sur les images et leur fabrication.

Ateliers au collège

Atelier d’initiation au cinéma

À travers la réalisation de films courts tournés à la manière des opérateurs Lumière, ce projet pédagogique est une initiation au cinéma destiné aux élèves de Primaire. Au cours de six séances d’atelier, les élèves sont invités à se glisser « dans la peau » des premiers opérateurs de prise de vue et réinventent à leur tour le cinéma.

1 – Retour aux origines du cinéma – 1 journée

Nous projetons quelques Minutes Lumière et les nous commentons. Comment ces films ont été réalisés ? Quels problèmes les cinéastes ont-ils rencontré ? Quelle mise en scène ont-ils adopté ? La discussion nous permet aussi d’imaginer nos Minutes Lumière.

2 – À l’assaut du réel ! – 2 journées

Par petits groupes, nous écrivons puis nous tournons nos films. Comme nous sommes dans la peau des opérateurs Lumière, nous sommes contraints par la technique : la caméra est posée sur pied. La prise dure 60 secondes et par chance, nous pouvons la refaire !

3 – Le son arrive ! – 2 journées

1927, c’est l’apparition du premier film parlant. Nous décidons alors de sonoriser nos films. Nous enregistrons les sons dont nous avons besoin, nous faisons du bruitage ou nous enregistrons une voix-off ou un commentaire.

4 – Le montage – 1 journée

Pour le montage, il ne s’agit pas de couper dans l’image, mais de monter les sons enregistrés. Les films prennent alors une couleur ou un sens différent… L’histoire de la manipulation des images se poursuit.