Le cinéma en Bourgogne-Franche-Comté, nous avons des propositions à faire !

Par 8 juin 2016Non classé

Cinéastes, artistes ou techniciens du cinéma ou de l’audiovisuel, animateur, producteur ou programmateur d’un festival (…), nous nous battons tous au quotidien pour faire vivre le cinéma dans notre région et nous estimons aujourd’hui que nous avons des propositions à faire à la nouvelle assemblée régionale.

A l’heure de la fusion de nos deux anciennes régions, du redéploiement des budgets de la culture et de la redéfinition de la politique de soutien au cinéma, nous voulons rappeler aux élus le contexte dans lequel les réalisateurs et les producteurs de films documentaires de la région évoluent depuis quelques temps.

L’association Les Petites Caméras a été chargée, depuis plus d’un an, avec l’aide du Conseil Régional et par convention avec l’APARR, d’accompagner trois jeunes auteurs dans l’écriture de leur prochain film et nous comptons profiter de l’espace de dialogue ouvert par le bilan de cette première année d’exercice pour poser clairement au Conseil de Région la question du devenir des projets accompagnés.

En effet,
Le désengagement vis-à-vis du documentaire opéré par les chaînes nationales et suivies par les antennes régionales de France 3,
L’absence de diffuseurs alternatifs dans notre région,
La réforme du COSIP engagée par le CNC,
Les pressions exercées par le CSA vers les chaînes locales pour qu’elles s’en tiennent à leur vocation régionaliste,
L’illisibilité de la politique des nouvelles régions et le manque d’information quant à leur futur calendrier d’action,
sont autant d’éléments qui fragilisent un secteur déjà peu vaillant dans notre région.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous se tournent vers d’autres régions pour faire leur films. C’est le mouvement inverse que nous aimerions provoquer en apportant nos contributions et nos idées. D’autres régions expérimentent déjà d’autres formes de soutien à notre secteur et un peu partout, des collectifs de cinéastes font des propositions concrètes pour que les politiques publiques s’adaptent mieux aux attentes de nos professions.

Nous restons convaincus que l’existence, la diffusion et la diversité du cinéma documentaire relève d’un choix politique, que le soutien que la Région apporte au documentaire de création doit être repensé et que l’efficacité d’une telle politique dépend à la fois de ceux qui sont garants de l’intérêt collectif et de ceux qui font des films ou et animent l’économie locale en les projetant.

Aussi, dans la foulée du bilan que nous allons adresser aux élus de notre région, nous aimerions rédiger une lettre ouverte concernant plus spécifiquement le cinéma documentaire et proposant quelques orientations pour une nouvelle politique de soutien à notre secteur.

Nous souhaitons que cette lettre soient rédigée et signée par toutes celles et ceux qui se sentent concernés par l’avenir du documentaire dans notre petit jardin.

Que pensez-vous de cette initiative ? Merci de nous faire part de votre point de vue et de vos idées.

Pour continuer à avancer, nous pensions vous proposer de rédiger chacun :
une petite note exposant les difficultés auxquelles vous avez été confrontés au cours des 24 derniers mois dans votre activité professionnelle
une note exposant les formes d’aides ou d’accompagnement dont vous auriez besoin ou les modifications que vous souhaiteriez voir apporter au dispositifs actuels.

Enfin, en nous appuyant sur nos parcours et nos idées, nous nous réunirons pour rédiger nos propositions et les porter à la connaissance de nos élus et plus largement, de tous ceux qui sont concernés par l’existence du cinéma documentaire dans notre région.

Bien à vous,

Marc Weymuller et Benoit Keller